Articles

Chroniques vingt-et-unièmes — Savoir ce qu’on ne veut pas — 29 novembre 2021

  Savoir ce qu’on ne veut pas La prochaine séance du Liber Circulo approche. Le professeur Marcus hésite, c’est à lui de choisir une œuvre pour le club littéraire. Il pourrait présenter un classique, un monument de l'écriture, ou bien coller à l’actualité récente du moment en s’intéressant à un prix de la rentrée. Pour ce qui est du monument, il a pensé un temps à revisiter cette œuvre colossale, Germinal , dont la force évocatrice du monde de la mine est sans égal. Mais, pur hasard, il a été devancé, pris de court, par une série à la télévision qui en porte le nom. Cette précision est importante car Marcus, même en fouillant dans sa mémoire issue des lectures d’adolescent, n’en a pas reconnu la violence, à moins qu’il n’ait pas su détecter ce qui était inscrit entre les lignes. C’est effectivement « du Zola », selon l’expression consacrée, mais du Zola puissance dix, éminemment dramatique, noir, sur fond de lutte des classes exacerbée. Les scènes sont bien tournées, les acteurs y

Chroniques vingt-et-unièmes — Un monde paré de vertus — 22 novembre 2021

  Un monde paré de vertus Le bilan de la COP26 est loin de susciter l’espoir, c’est l’impression qui se dégage pour tous ceux qui suivaient avec attention et angoisse ses résolutions. Les commentaires sarcastiques ont fusé, Gretha Thunberg, visage crispé, y est allée de son éternelle dénonciation du « bla-bla-bla », le maître de cérémonie, le Britannique  Alok  Sharma,  a  pleuré  devant  un  résultat  aussi  mince, s’excusant pour la « profonde déception » qu’il sentait dans l’assistance. La conférence était pourtant qualifiée de « réunion de la dernière chance », l’ultime round pour éviter le point de non-retour, pour limiter le réchauffement de la planète à 1,5 °C, alors que la trajectoire actuelle est 2,7 °C, mais le balai des 400 jets privés pour transporter les VIP n’y a rien fait, ni les manifestations pour la justice climatique qui ont émaillé les rues de Glasgow durant deux semaines. Tout n’est pas si négatif cependant, on a évoqué des aspects concrets comme le méthane enfoui

Chroniques vingt-et-unièmes — Faisons confiance au temps — 15 novembre 2021

  Faisons confiance au temps Le retour sur terre de Thomas Pesquet et des trois autres astronautes. Comme beaucoup, et presque par habitude, le professeur Marcus s’y est intéressé.  Il  a  pu  apercevoir  celui  que  l’on  qualifie  de  « gendre idéal » lever un pouce victorieux, sanglé dans son fauteuil roulant (peut-être n’avait-il plus la force de lever un bras), mais quel bruit médiatique ! Les allers et retours Terre-Lune d’il y a cinquante ans, devenus presque de la routine malgré les faibles moyens technologiques de l’époque, ne provoquaient pas plus d’engouement que ce trajet de 400 kilomètres depuis la station spatiale internationale.  Il est vrai que la presse a besoin de grain à moudre, qu’elle se doit de magnifier le moindre exploit. Alors, pourquoi ne pas s’étendre sur d’autres aventures bien plus ambitieuses ? Marcus a en tête l’horloge atomique Pharao développée par le CNES, dite « à atomes froids », qui va être lancée dans l’espace pour y rejoindre l'ISS. Pour les

Chroniques vingt-et-unièmes — Un coup de semonce — 8 novembre 2021

  Un coup de semonce —  Et toi, tu en penses quoi ? COP26, mandat d’amener contre Nicolas Sarkozy, intronisation au Clos de Vougeot d’Emmanuel Macron et Angela Merkel dans la confrérie des chevaliers du taste-vin, retour de Sophie Pétronin au Mali, fin inattendue du dernier James Bond , nouvel album du groupe ABBA et résurgence de Diana Ross, Greta Thunberg qui se met à parler français (« bla bla bla »), les sujets ont été nombreux lors de cette soirée organisée au domicile de Xavier et Émeline en compagnie de Sébastien et de sa femme Céline. Et immanquablement, ce sujet que l’on n’arrive jamais à étouffer à l’occasion des discussions politiques de la rentrée : le cas Zemmour. Xavier s’étonne que Sébastien, qui habituellement se passionne pour l’écume électorale, n’ait pas abordé la question. Peut-être parce que pour son ami il s’agit plus que de l’écume et il veut en avoir le cœur net. Sébastien hésite à lui répondre :  —  Zemmour ? Beau succès de librairie… —  C'est tout ? Tu sai

Chroniques vingt-et-unièmes — Transformer les promesses — 1er novembre 2021

  Transformer les promesses Yannick Jadot ou Anne Hidalgo. Pour Ludivine, ce sera l’un des deux candidats. Aucun, cependant, n’est en position favorable. La campagne du postulant écologiste ne trouve pas son souffle, et quant à la maire de Paris, celle-ci, malgré ses propositions chocs de doubler le salaire des enseignants et de supprimer les agences régionales de santé, et même si elle se déclare sûre de gagner, demeure collée à 5 %, essayant de faire sienne la devise de sa ville, Fluctuat nec mergitur (« Il est battu par les flots, mais ne sombre pas »). Elle cultive néanmoins un faible pour Jadot qui vient d’annoncer qu’il interdira la chasse les week-ends, les jours fériés et durant les vacances scolaires. « Pour ne plus risquer de prendre un coup de fusil en cueillant des champignons ».  Bien fait pour ses cousins chasseurs qui arpentent le Loiret en automne ! Ils n’auront qu’à déposer des RTT s'ils veulent tirer le gibier en semaine ! Les sangliers, les chevreuils, les cerfs

Chroniques vingt-et-unièmes — À méditer — 25 octobre 2021

  À méditer Deux semaines, déjà. Deux semaines depuis cette pause bienvenue dans une rentrée qui se cherche, entre peur d’une cinquième vague et crainte d’une agitation sociale, d’une nouvelle flambée des gilets jaunes, même si l’histoire, à qui on semble attribuer un sens, repasse rarement par des chemins identiques. Une rentrée qui bruisse des dernières rumeurs de campagne présidentielle, des derniers sondages, des derniers faits divers, de l’hospitalisation de la reine d’Angleterre, et de quelques événements internationaux, comme le récent coup d’État au Soudan, un virus d’un autre type qui se répand à vitesse rapide, après ceux de Guinée, de Tunisie, du Mali et de Birmanie La pause en question, c’était à Blois lors des Rendez-vous de l’Histoire, une manifestation annuelle qui mobilise une grande partie de ceux qui comptent en France  comme  historiens,  économistes  ou  simplement  intellectuels.  Le  bilan  est impressionnant : 1 000 intervenants ayant pris place dans 400 débats e

Chroniques vingt-et-unièmes — Qui l'emportera ? — 18 octobre 2021

  Qui l'emportera ? Après-midi d’automne, les feuilles s’accumulent sur la pelouse rongée par la mousse, Jean-Bernard les ramasse consciencieusement, ce devrait être un moment de calme intérieur, mais l’absurdité de la société le rattrape. Deux événements, selon lui, le prouvent. La Fille au Ballon , d’abord, la toile de Banksy, « autodétruite »  partiellement  lors  d’enchères  en  2018  après  avoir  été  adjugée  1,2 million  d’euros,  a  de  nouveau  été  mise  en  vente.  Proposée  à  4,6 millions d’euros, elle est partie à 21,8 millions (il faut bien que l’argent déversé continûment par les banques centrales se place quelque part). Le fait qu’elle ait été détruite, en direct de surcroît, la rendait, le buzz aidant, effectivement plus chère. Mais à ce point ! En accomplissant cet acte en public, Banksy, dont on ne sait toujours pas, à l’instar d’Elena Ferrante, s’il est un homme, une femme ou un collectif, voulait dénoncer la « marchandisation du métier de l’art ». C’est pour

Chroniques vingt-et-unièmes — Le droit de se taire — 11 octobre 2021

  Le droit de se taire Un dimanche matin dans une maison de banlieue, comme il doit en exister des centaines de milliers en ce moment, en famille ou en très petite famille.  Émeline s’acharne sur la préparation d’un pudding dont elle a tiré la recette sur marmiton.org ; à quelques encablures, Xavier, presque allongé sur le canapé, est plongé dans la lecture de son hebdo et Ludivine, juchée sur un pouf et pieds ramenés, scrolle – qui aurait pensé le contraire ?  – à tout va sur son smartphone. La cuisine n’est qu’un dérivatif, Émeline s’intéresse à la vie de sa fille et s'applique une fois par semaine à en saisir les contours :  —  Et tes cours cette semaine, ça s’est bien déroulé ? —  Super… —  Rien à dire sur tes professeurs ? —  Non, cool… —  Je devais déjeuner avec toi mercredi midi mais j’ai une urgence à régler à l’association… —  Pas de souci… —  Ce sera donc pour une autre fois… —  Ça marche ! Xavier relève lentement la tête. Il se demande si toutes ces paroles, celles de Lu